Cournou, Les Roques.

St Vincent Rive d'OltSaint-Vincent est un charmant petit village qui se déploie le long du ruisseau le Bondoire et qui actionnait une série de moulins. Venu des hauteurs de Cambayrac, le Bondoire traverse la place publique avant de se jeter dans le Lot.

 

De belles fenêtres Renaissance peuvent se voir à Saint-Vincent, dans une ruelle débouchant sur la place publique. C'est l'Office de Tourisme de Luzech qui assura leur classement à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1926. Mais le village enchante également par ses façades de style, ses porches élégants, ses voûtes, ses ponts et ses pigeonniers. Son église, qui ressemble comme une soeur à celle de Luzech, possède d'étranges fonds baptismaux en bois sculpté, ainsi qu'un splendide retable, témoin de la Renaissance. Les peintures de cette église ont été le sujet d'une étude poussée de Jean Calmon, comme cette inscription gravée au-dessus du portail d'entrée que les chapiteaux permettent de dater du XVIème siècle.

Saint-Vincent n'eut pas de seigneurs puisqu'il était dépendant de l'évêque de Cahors et des barons de Luzech. Aussi, il ne posséda pas de château seigneurial, mais se glorifia d'un bon et solide château, avec deux tours carrées et une longue terrasse, demeure de paysans aisés de l'époque.

St Vincent Rive d'OltEn parcourant les routes près de Saint-Vincent, il est possible de faire une étrange rencontre. Une pierre levée, que l'on l'appelle de Marqueyrac, se dresse dans une vigne, tout au bord de la route. Cette pierre trouée de 2,50 mètres de hauteur est antérieure à l'époque celtique. Aux trois quarts de sa hauteur, elle détient un oeil cyclopéen que lui a forgé la nature. Ses soeurs de pierre ont, dit-on, été détruites parce qu'elles attiraient autrefois les fidèles superstitieux. Mais celle de Marqueyrac est restée érigée bien droite, sur un plateau qui offre sa luminosité et son ouverture sur un paysage envoûtant.

Les sentiers du village de Saint-Vincent encouragent les balades, celles qui permettent de goûter la France profonde, là où a été décerné l'envieuse appellation de " Côte d'Azur du Lot ".